Haut de page
Bas de page

Ceux qui sont aux prises avec la mafieuse DPJ et pour ceux qui veulent aider ces derniers, pour votre protection et celle de ceux que vous aimez, écoutez ce vidéo ... et lisez les captures d'écran qui suivent en complément :

"Le cirque de Mario Roy" (aussi alias Jyna Laporte dans ce vidéo, compte de sa copine de l'époque qu'il utilisait avec son consentement pour harceler, calomnier et intimider, tel que prouvé dans ce vidéo)

En complément : YouTube manipule nos statistiques en faveur de Mario Roy:

Nous vous rappelons que ce court vidéo est extrait du documentaire "...et la justice pour tous II : Courdesinjérum Reloaded", dont nous vous conseillons fortement le visionnement pour un contexte plus global à ce qui est présenté ici.

Article du 24 septembre 2015
"Toile pédocriminelle communautaire dépéjienne réinstallée sur les médias sociaux pour vous PIÉGER et vous ÉLIMINER QUÉBÉCOIS!"


Publication sur Facebook le 10 janvier 2016 :
"Preuve du comportement criminel de Mario Roy qui, ici, nous annonce qu'il démarrera une campagne d'incitation à la haine à notre endroit Chantal Mino et moi-même, pour la seule raison de notre refus (très justifié) d'être "témoins" dans sa cause fictive "Mario Roy vs. DPJ" alors qu'en réalité il s'agit de "La Reine vs Mario Roy", c'est-à-dire des accusations criminelles portées contre ce dernier (tiens, tiens...comme c'est surprenant, considérant ses agissements... OH! Loin de moi de présumer de sa culpabilité, ou non, dans cette cause, après tout, je suis très bien placé pour savoir que des fausses accusations, ça passe allégrement dans notre système de "justice", particulièrement lorsque la DPJ est impliquée, mais... quand on joue au pyromane, faut pas se surprendre si on se brûle les doigts!).

Donc, n'ayant jamais rencontré Mario Roy dans la vraie vie et ne connaissant rien de manière personnelle aux tenants et aboutissants de sa cause, nous n'avions techniquement aucune raison de faire partie de ses "témoins". Mais de plus, nous avions d'autres excellentes raisons de ne pas vouloir nous associer à cet individu au comportement criminel, et ces raisons sont exposées dans un court vidéo extrait du documentaire "...et la justice pour tous II - Courdesinjérum Reloaded", du fait qu'il a tenté d'infiltrer notre organisme, l'AIDEF Section Québec, à l'aide de faux-papiers produits en collaboration avec des agents du système judiciaire, alors que nous étions incarcéré, le but "officiel" derrière cette manoeuvre étant, selon Mario Roy, de "marquer un bon coup en ayant quelqu'un qui purge une peine de travaux communautaires pour notre organisme pendant que nous sommes en prison". Mais, étant déjà au courant de la procédure pour ce qui est d'homologuer des heures de travaux communautaires au sein de l'AIDEF Section Québec, nous avons réalisé la supercherie et avons refusé net son adhésion. S'en est suivi... des insultes, des menaces et de l'intimidation envers nous mêmes et certains de nos membres. Mais la cerise sur le sundae, c'est lorsqu'il a tenté de nous faire croire qu'il nous soutenait dans notre cause et qu'il avait même eu la grandeur d'âme d'aller faire une déposition en notre faveur aux constables spéciaux qui nous ont arrêtés illégalement et arbitrairement (avec faux rapports et faux témoignages à l'appui) tout en nous offrant de nous les présenter, parce que "ils les connaissaient, et que c'étaient des bons gars, que c'était sûrement juste un malentendu...". Sauf que, nous avions en notre possession le rapport rédigé par le constable spécial qui a entendu sa déposition faite "en notre faveur", et... c'était loin d'être en notre faveur du tout! Et je vous rappelle que nous n'avons jamais rencontré cet homme, alors... de quelle justification peut-il prétendre légitimer sa démarche, si ce n'est que... pour nous nuire, tout simplement!

Vous avez du capital de sympathie pour Mario Roy et je mériterais à vos yeux de brûler en enfer de "parler contre lui" comme ça? OK, grand bien vous fasse, mais sachez tout de même que contrairement aux diffamations qu'il a déjà produit (et produira sûrement encore) à notre égard et où il ne prouve STRICTEMENT RIEN de ce qu'il affirme, TOUT ce que j'ai affirmé ici dans ce texte est PROUVÉ au sein des commentaires de cette publication qui est, je vous le rappelle, une preuve elle-même de ses agissements criminels.

Alors, libre à vous de continuer à vous associer et de supporter cet individu, mais ne venez pas brailler vers nous lorsqu'il vous aura mis dans la marde ben comme il faut jusqu'au cou (et peut-être même un peu plus...), parce qu'on vous aura averti à l'avance, et malheureusement, ce que l'être humain n'apprend pas par la sagesse, il finit par l'apprendre par la douleur. Qui s'associe à quelqu'un au comportement tel que décrit et prouvé ici s'expose à éventuellement s'en mordre les doigts jusqu'aux coudes.

Et surtout, cessez de venir nous dire qu'on doit "s'unir" à de tels gens, ou encore "d'ignorer" les comportements criminels à notre égard, surtout lorsque ça implique quelque chose d'aussi grave et insidieux que le harcèlement en groupe (voir en commentaire pour informations complémentaires sur le sujet)"

- Adam Richard

Extrait d'une publication Facebook du 2 avril 2014 :

QUÉBÉCOISES ET QUÉBÉCOIS!
RÉVEILLEZ-VOUS ET AIDEZ-NOUS AVANT QU'ILS NOUS TUENT S.V.P.!

NOUS VOULONS AIDER LES ENFANTS PROVENANT DE MILIEUX VULNÉRABLES AUX PRISES AVEC LA MAFIEUSE DPJ MAIS SANS VOUS NOUS N'Y ARRIVERONS PAS CAR LA MAFIA A PRIS POSSESSION DE NOTRE SYSTÈME DE JUSTICE QUÉBÉCOIS PAR L'ENTREMISE D'AVOCATS PERVERS, VÉREUX ET CUPIDES QUI SONT MÊMES DEVENUS PRÉSIDENT DE CONSEIL DE DISCIPLINE ET/OU JUGES "POST-IT" ALORS ...

Wow! Décidément Partick Dugas alias Vérité Justice, Karine Darcy, Mario Roy, Me Julien Beauchamp-Laliberté et le juge Christian M. Tremblay que je ne connais même pas et donc qu'ils ne me connaissent même pas, avec tous leurs complices de cette organisation criminelle Dépéjienne, s'en donnent à coeur joie pour me porter gravement préjudice ainsi qu'à ma famille, me menacer dans mon intégrité psychologique et physique de façon criminelle allant même jusqu'à vouloir me tuer et tuer mon enfant sans qu'aucune personne en autorité ou citoyenne ou citoyen ne s'en soucie vraiment en agissant concrètement (hormis le groupe qui me soutient dans l'AIDEF évidemment), pour me calomnier et répandre des libelles diffamatoires par l'intermédiaire des médias et du système de présumée justice au Québec qui est clairement rendu sous la direction d'une organisation criminelle à voir le traitement différentiel que j'ai parce que je défends les plus vulnérables de notre société, dont en majorité des enfants contre des pédocriminels, comparativement aux petits amis des plus riches qui se la coulent douce malgré leurs graves crimes soit Guy Turcotte qui a tué ses 2 enfants et leur a même arraché le coeur et Gilles Vaillancourt accusé de ganstérisme mais qui, lui, a le droit d'aller en Floride par la permission de la juge Johanne St-Gelais, la même qui a refusé d'entendre nos Requêtes tel que pourtant convenu par le juge Marc David le 24 janvier 2014 et a même poussé l'audace et le crime jusqu'à nous déclarer quérulents sans aucun fondement de droit et de fait Adam et moi pour 2 recours qu'on a déposés afin de faire cesser les nombreuses poursuites abusives de plusieurs fonctionnaires de l'État du Québec contre moi ainsi qu'Adam et certain enfants et parents aux prises avec la mafieuse DPJ, au moins 40 recours juridiques ont été entrepris par des fonctionnaires sous la gouverne de Pauline Marois contre moi et ma famille depuis août 2013 ... Imaginez! Et cette femme qui se prétend juge, Johanne St-Gelais, ose porter gravement atteinte à nos réputations et à nos droits fondamentaux pour qu'on ne puissent plus faire aucune démarche pour sortir de prison où on a été mis de façon illégale et totalement arbitraire sans aucune preuve de crime commis, mais sur des ouïe-dires et des commérages de bas étages pour répandre des libelles diffamatoires sur nous et nous diffamer et faire de nous des prisonniers politiques tout comme l'a été Michel Chartrand et ses collègues en 1970.

(...)

Décidément! In the Québex, le crime paie vraiment, car ce réseau de criminels est protégé par le système de présumée justice. Clairement une organisation criminelle dans laquelle il y a la police, le DPCP et ses procureurs, des avocats, des constables spéciaux des Palais de justice, des greffières jusqu'à présent, et des juges tels que Rolande Matte, Lucille Beauchemin, Ann-Marie Jones de la Chambre de la jeunesse (détresse) à la Cour du Québec à Montréal qui ont émis des interdits de contact direct et indirect avec l'enfant que je n'avais même pas côtoyé pour intervenir et ce, en mon absence en plus pour s'assurer de porter gravement atteinte à ma réputation et m'empêcher ainsi d'aider à nouveau enfants et famille aux prises avec la mafieuse DPJ comme j'avais réussi avec les belles jumelles de 11 ans précédemment grâce au fait que j'avais été mise sur l'ordonnance en partant le 28 février 2012 comme psychoéducatrice auprès d'elles; de même que Gilles Garneau, Carol Richer, Christian M. Tremblay de la Chambre criminelle à la Cour du Québec et François Rolland, juge en chef à la Cour supérieure avec ces juges Jean-François de Grandpré, Claude Dallaire, Marc David, Sophie Bourque, Johanne St-Gelais, Suzanne Hardy-Lemieux et al. qui prennent partie d'avance pour les plus riches et les plus influents et les aident à éliminer les bons citoyens qui les menacent dans leurs affaires criminelles, dont de la traite d'enfants et d'adultes québécois par la DPJ et ses acolytes afin de protéger des pédocriminels fonctionnaires de l'État du Québec, certainement haut placés à voir l'ampleur des attaques criminelles relevant même de la torture et de crimes contre l'Humanité que nous subissons Adam et moi.

Wow! Il est beau notre Québex en 2014, n'est-ce pas ??? Quelle évolution !!!???

(...)

- Chantal Mino


Cliquez sur les images pour agrandir.

 Menaces de poursuites expirées et pour lesquelles nous attendons toujours quelque chose de concret.

 

Fait croire à qui veut l'entendre qu'il n'a jamais voulu se joindre à l'AIDEF, mais se plaint de notre refus de prendre acte de son présumé jugement le "condamnant" à faire des heures de travaux communautaires pour...  l'AIDEF, pendant que nous étions nous-même en prison.  Qui a bien pu suggérer l'AIDEF au juge pour ainsi en faire mention dans son "jugement"?  Mystère et boule de gomme.

 Publication Facebook mentionnée dans l'image précédente, histoire de bien re-contextualiser le tout.  Vous pouvez constater que Mario Roy planifie de lancer une campagne "d'incitation à la haine" à notre égard.

 Et ça continue, encore et encore...


Alors qu'il prétend aider les jeunes et les familles affectées par la DPJ, on le voit ici prendre parti (voir l'extrait d'émission de radio qui suit) en faveur des familles d'accueil, qui sont selon lui pénalisées par la DPJ, mais ne trouve rien d'anormal dans le fait de commander des enfants par catalogue.  Sa conjointe de l'époque se joint de la partie dans le harcèlement à notre égard.



Voici le lien original vers l'émission de radio qui a depuis été retiré du site de 106,9 FM Mauricie.


Cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder à la publication Facebook originale et y lire les commentaires qui y sont associés, dont voici quelques extraits juteux pour vous mettre en appétit.

Donc, maintenant il nie carrément avoir fait une déposition aux constables spéciaux de St-Jérôme dans notre dossier, allant ainsi donc jusqu'à mettre en doute la parole du constable ayant rédigé le rapport, l'accusant pratiquement d'avoir rédigé un faux rapport.

Et pourtant, voici ce qu'il disait à l'époque :

Et voici pour la déposition en tant que telle qu'il me mettait au défi de publier (alors qu'elle était déjà publique) deux captures d'écran plus haut, déposition qu'il a admis en 2013 avoir fait, prétendument "en notre faveur" (mais ce n'est vraiment pas le cas) mais qu'il nie en 2016 avoir jamais fait de telle déposition.


Mario Roy est un menteur patenté, et c'est un fait démontrable et observable.  Prenez en note et tenez en compte.


Ici l'on peut voir qu'en mai 2017, Mario Roy prétend n'avoir JAMAIS voulu s'associer avec l'AIDEF Section Québec, alors qu'en janvier 2014 il se vantait d'avoir un "jugement" l'obligeant à faire des heures de travaux communautaires...  avec l'AIDEF Section Québec, et ce alors même que les 2 administrateurs principaux de l'organisme étaient détenus illégalement en prison.  La question de pose à savoir QUI a demandé à ce que les heures soient faites à l'AIDEF et non ailleurs, sachant qu'aux yeux de Mario Roy, ceci était "pour nous donner de la crédibilité dans notre cause" (alors que cela n'a rien à voir avec les accusations faites contre nous et contre lesquelles nous devions nous défendre avec preuves à l'appui).  De plus, en novembre 2013, il affirmait sans sourciller que "tous les constables spéciaux de St-Jérôme SANS EXCEPTIONS étaient vraiment corrects", allant même jusqu'à remercier les constables Charron et Landreville pour la prise de sa déposition.  Pourtant, en mai 2017, il affirmait que le rapport de déposition entre nos mains n'était rien d'autre que "du ouï-dire des constables qui voulaient diviser pour mieux régner".


Et pourtant, en janvier 2018, il revient à la charge pour défendre les constables spéciaux que, apparemment, nous "accusons à tort" et ce, directement sur le vidéo-bande-annonce où nous exposons les parjures déposés contre nous par ses mêmes constables spéciaux dans le cadre des fausses accusations qui ont mené à notre incarcération arbitraire et illégale.  Mario Roy n'en est pas à une contradiction près.


Mario Roy publie lui-même le document dont il se plaint s'être "fait volé".  Tant qu'à mentir, aussi bien y aller à fond.  En comparaison, une lettre en lien avec les heures de travaux communautaire dont nous avons validé les heures pour une personne pour qui l'AIDEF s'est impliquée dans le dossier, afin de mettre en comparaison avec le document de Mario Roy et qui démontre l'irrégularité de sa démarche.

 Donc, ceci étant dit, pour en revenir à la publication concernant le Parti Citoyen au Pouvoir...

Folie des grandeurs, délusion mégalomaniaque, ou simplement dyslexie mathématique?  On ne saurait trop dire...

Sans commentaires...

Pour en revenir à l'information concernant notre dossier en chambre criminelle à St-Jérôme pour laquelle Mario Roy avait un accès privilégié, trahissant ainsi (davantage) son lien d'étroite collaboration avec ceux-là même qui ont échafaudé le coup-monté ayant servi de prétexte pour notre incarcération criminelle...  Ceux-là même qu'il a par le passé tenté de nous convaincre qu'ils étaient tous "vraiment corrects, sans exception" et dont il se fait le défenseur moral dans sa déposition injustifiée dans notre dossier, ceux-là même dont les témoignages à notre égard ont été complètement démentis, preuves vidéos à l'appui!

Le tout, tout en tentant de semer la zizanie et la discorde entre nous et les gens à qui nous venions en aide ainsi que ceux qui nous supportent.  Il faut donc que vous compreniez qu'à chaque fois où vous avez vu Mario Roy nous mettre au défi "d'aller voir sa cause" au tribunal de St-Jérôme, il savait pertinemment que nous aurions immédiatement été mis en état d'arrestation, puisque telle était l'une de ces "conditions à respecter" qui nous ont été imposées arbitrairement et illégalement par la force et la menace suite à cette poursuite-bidon dont Mario Roy a été l'un des collaborateurs de la première heure.

Et voici un indice flagrant de la collusion et de la proximité entre Mario Roy et le procureur véreux en charge de notre dossier, Julien Beauchamp Laliberté, et ce malgré le fait qu'il fait ici semblant de critiquer ce même procureur, tout en omettant de le nommer (ou même de mentionner qu'il s'agit du même procureur que dans notre dossier).  Tout d'abord, une mise en contexte :

Donc, ici, commentaire de Mario Roy qui commente un dossier judiciaire concernant un vol présumé de sirop d'érable, le même dossier pour lequel nous venons d'identifier le procureur dans la dernière capture d'écran.  Lui qui ne se déplace habituellement dans un Palais de justice que pour les causes dans lesquelles il est impliqué, il est assez surprenant de le voir ici commenter un dossier dans lequel il n'a rien à voir mais qui, oh! surprise!, implique le même procureur que dans notre dossier.  S'il ne s'agit que d'une "coïncidence", elle est de taille!  Nous croyons plutôt que ceci démontre une proximité réelle entre ces deux individus, et qui explique l'accès privilégié de Mario Roy aux informations liées à notre dossier pendant que nous croupissions en prison.

Et l'on peut voir dans la discussion qui s'en est suivie que Sylvain Paquette, un autre hurluberlu qui s'amuse à nous dénigrer sur Internet dans ses temps libres, prendre la peine de souligner qu'effectivement, ce procureur véreux fait également partie de l'Armée Canadienne, un fait que NOUS avons divulgué au sein du documentaire "...Et La Justice Pour Tous II - Courdesinjérum Reloaded", tout en feignant d'ignorer la relation entre cet avocat et notre dossier.  Il peut bien terminer son commentaire avec un émoticône de "clin d'oeil".


Et voici à quoi vous vous exposez si vous confiez vos dossiers confidentiels à Mario Roy, et pire encore si vous vous aventurez à vous engager dans une relation sentimentale avec celui qui au départ est censé être dans une relation de nature quasi-thérapeutique (allo!?  Conflit d'intérêts!?!) : de voir les détails intimes de votre vie privée étalée au grand jour par la personne en qui vous avez placé votre confiance.

Et nous avons ici admission par Mario Roy que lui et sa conjointe de l'époque s'étaient échangés les mots de passe de leurs comptes Facebook respectifs, alors que nous les avons vu nier cet état de fait ailleurs dans cet article.  Comme qui dirait : « Qui se ressemble s'assemble! »

Bref, un citoyen averti en vaut deux, donc à la lumière de l'exposé ci-dessus, considérez être énormément à vos risques et périls de faire appel ou même de vous associer publiquement (sur réseaux sociaux) à Mario Roy et/ou son organisme-bidon "Centre d'Entraide Familial L'Unité" dans le cadre de vos dossiers juridiques, et particulièrement ceux impliquant la DPJ, ou même à titre personnel.  Les prétentions et élucubrations pseudo-juridiques dans lesquelles il est censé paraître comme une "victime du système juridique" n'est qu'un écran de fumée qui ne résiste pas au test de l'analyse et dont le but n'est que de déguiser un loup en brebis.  Comme il est amplement démontré au sein de cet article ainsi que les vidéos et images qui y sont incorporés, Mario Roy est un menteur et un manipulateur dont la collaboration avec les instances judiciaires qu'il prétend dénoncer à été démontrée à maintes reprises, et ne devrait donc plus être sujet à spéculation, peu importe les apparences qu'il tente par la suite de présenter afin de tenter de sauver la face.

Vous avez "Mario Roy le Tout-Puissant", le Vrai, étalé ici dans toute sa splendeur, une fois son masque enlevé.