«DPJ: Loup, y es-tu?»: Entrevue-reportage troublant sur une grave bévue commise par la DPJ concernant un jeune garçon et endossée par de nombreux intervenants publics, et toujours perpétuée aujourd'hui au détriment le plus grave de son développement.  Un cas "classique" où les dénonciateurs et lanceurs d'alertes sont ceux qui se retrouvent pourchassés par le système judiciaire, tandis que les principaux responsables de la destruction de la vie de ce petit garçon (et de combien d'autres?) ont eu droit à des promotions.

Dans cet épisode, on fait un suivi de l'émission de la semaine précédente concernant un grave cas d'abus sexuel commis en Centre Jeunesse. On présente ensuite un reportage intitulé "Avis de recherche: Léa et Benjamin", l'entrevue que nous a donné une grand-mère qui cherche désespérément à revoir ses petit-enfants qui ont été illégalement placés en adoption suite à un problème de santé de la mère, le tout en procédant dans le dos de tout le tout le monde.  Ces enfants n'ont plus jamais revu leur famille naturelle élargie, et plus personne de cette famille n'a eu de nouvelles d'eux depuis non plus.  D'où notre assistance technique pour mettre en ligne cet Avis de Recherche et donner une voix à ceux que le système pousse à (faire) taire. Finalement, on écoute un enregistrement téléphonique avec une intervenante de la DPJ avec une mère aux prises avec les manigances de la DPJ qui démontre de manière très claire le genre de "logique circulaire" (une pseudo-logique qui tourne en rond) avec laquelle est prise un parent tentant d'avoir une conversation claire avec une personne soit-disant raisonnable.

Épisode 5 : Présentation de notre deuxième documentaire-enquête sur le Palais de Justice de St-Jérôme intitulé: «Don Sinjerome versus Terminatrix», alors que nous assistons une seconde mère à se défendre elle-même contre la DPJ, entre autre en allant avec elle au greffe jeunesse pour l'aider à se procurer son dossier (l'ensemble de son dossier, et pas seulement partiel comme c'est trop souvent le cas lorsque des avocats sont impliqués), notre démarche étant appuyée par divers textes de loi, dont certaines relativement à l'intégrité de l'appareil judiciaire.  C'est que, voyez-vous, nous somme du genre de personnes qui croyons que les lois sont faites pour être respectées et appliquées, et encore plus lorsqu'il s'agit de personnes associées au système judiciaire, et encore plus encore lorsqu'il s'agit justement des lois régissant ledit système judiciaire.  C'est cette croyance, cette "idéologie" dira un certain procureur véreux, qui nous méritera plus tard de faire de la prison préventive sans procès et considérés tels que de vrais terroristes, sous prétexte que nous aurions "mis en danger la saine administration de l'appareil judiciaire".

Épisode 4 : Présentation de notre premier documentaire-enquête sur le Palais de Justice de St-Jérôme intitulé: «Astérix et Obélix et la Maison des Fous de Courdesinjérum», basé sur le cas de la mère pour laquelle nous avons présenté des extraits de conversation avec une travailleuse sociale en deuxième partie de l'épisode précédent.  Les événements filmés en caméra cachée au sein de cet épisode et des quelques uns qui suivent sont le point de départ de la saga judiciaire visant à nous faire taire qui est largement documentée au sein de la série documentaire "...Et La Justice Pour Tous".

Épisode 6 : Présentation de notre troisième documentaire-enquête sur le Palais de Justice de St-Jérôme intitulé: «Les bons, les brutes et les truands» . Vous saurez pourquoi la DPJ gagne 99% de ces causes dans les audiences à la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec contre des enfants et des parents vulnérables et ce n'est certes pas dû au travail intègre et honnête des avocats qui se doivent d'agir selon leur serment d'allégeance et d'office envers le peuple québécois ... Vous aurez également un exemple "in vivo" du comment est appliquée la Loi du silence au Québec par les fonctionnaires de l'État québécois pour que personne n'ose se porter à la défense des enfants et des parents vulnérables du Québec qui sont maltraités et abusés par la DPJ et ses acolytes criminels ... La tension monte d'un cran ...