Haut de page
Bas de page

Cette semaine, après avoir couvert des abus subis par des enfant sourds et muets par des religieux durant les années 60 similaires aux abus contemporains perpétrés aujourd'hui par la DPJ et ses acolytes fonctionnaires de l'État du Québec tel que vu dans nos épisodes précédents, nous faisons de nouveau un retour en arrière sur notre Histoire récente pour nous pencher sur les abus subis par de très nombreux enfants issus des Premières Nations au sein des "écoles résidentielles", mieux connus sous le nom de "pensionnats indiens". Au delà du drame collectif vécu par ces peuples, nous traçons des comparaisons entre ce qu'ils ont vécu et ce qui est rapporté au sein de nos autres épisodes de "L'Union Fait la Force" non seulement du point de vue des drames humains que ces abus causent, mais nous traçons également un parallèle frappant et inquiétant du point de vue de la motivation derrière de tels gestes inacceptables qui semblent pourtant être très bien tolérés par les élites politiques : l'affaiblissement du tissu social par la destruction de l'identité de l'individu dès sa plus tendre enfance dans un but avoué (dans le cas des Premières Nations) d'assimiler et d'asservir les Peuples qui sont soumis à de tels traitement. Ainsi, les mots du rappeur Métis Samian "J'fais partie de deux Peuples, je finirai comme l'un d'eux" prennent tout leur sens. Un sens lourd de conséquences pour notre avenir collectif à tous, tant du côté de nos frères et sœurs des Premières Nations que pour les Québécois "de souche" que les nouveaux arrivants nouvellement Québécois.

Co-animateurs : Adam Richard et Chantal Mino ps. éd.