Haut de page
Bas de page

Retour sur l'un des plus gros scandale judiciaire à avoir eu lieu au Québec au cour des dernières décennies, scandale qui a encore cours aujourd'hui de par la volonté des autorités officielles, à commencer par la police provinciale, de vouloir étouffer l'affaire; il est question, vous l'aurez sans doute deviné, de L'Affaire Louis-Georges Dupont, ce policier intègre de Trois-Rivières retrouvé mort dans sa voiture en 1969 après une disparition de 5 jours suite à son témoignage lors d'une Commission d'enquête sur la corruption du milieu policier de la région; témoignage disparu depuis soit-dit en pensant. Une affaire que le système judiciaire québécois refuse toujours de mettre au clair en 2015 malgré l'évidence absolue que la thèse officiellement reconnue du suicide est formellement impossible et réfutée par une haute instance décisionnelle qui a primauté sur des fonctionnaires corrompus de l'État québécois, soit la Cour supérieure du Québec dont aucun appel de ce jugement a été fait. Toutes ces magouilles administratives de cette organisation criminelle mafieuse étatique des fonctionnaires corrompus du Québec dans un but qui ressort de plus en plus clairement au fil de nos émissions, c'est-à-dire de protéger leur organisation criminelle incrustée au sein de la classe médiatique, politique et de la fonction publique et qui dépasse largement les seules activités de proxénétisme et de racket du lieutenant-détective Jean-Marie Hubert et du sergent-détective Paul Dallaire, qui seraient, selon toute vraisemblance, les exécutants de ce meurtre camouflé en suicide. Sinon, pourquoi déployer autant d'effort, sur plus de 40 ans, simplement pour protéger deux flics ripoux?

Cet épisode regroupe un certain nombre d'archives télévisuelles à propos de l'Affaire Dupont, jumelée à une entrevue livrée par les frères Jacques et Robert Dupont publiée en mars 2015 par Jean Moreau, ainsi qu'une piste d'explication concernant la juge Céline Lacerte-Lamontagne permettant d'expliquer comment et pourquoi elle a pu, en 1996, en arriver à une conclusion autre que celle d'un meurtre, ce qui ne faisait aucunement partie de son mandat, car elle devait enquêter sur les circonstances du meurtre de ce policier en devoir point à la ligne. De façon surprenante, cette piste permet de relier la cause de l'Affaire Dupont avec celle du trafic d'enfant au sein de l'appareil public tel que dénoncé et prouvé au sein de nos épisodes précédents, suggérant ici qu'il s'agit bel et bien de la même organisation criminelle ayant perduré et raffermi son pouvoir avec le temps et que nous subissons nous aussi au prix de menaces de mort.

En effet, la carrière de l'ex-juge de la Cour du Québec Céline Lacerte-Lamontagne (redevenue avocate) démontre qu'elle a participé à d'autres mandats visant à étouffer des scandales, dont de la Traite sexuelle d'enfants par les Centres Jeunesse de Montréal et la DPJ de Montréal, depuis 1989 où elle fut doublement payée pour ses services de procureur au sein de la Commission Gagnon. Serait-il possible que Louis-Georges Dupont ait découvert plus qu'une prostitution mafieuse étatisée à Trois-Rivières, du genre de la prostitution juvénile et de la Traite d'enfants (voir l'Opération Scorpion)?

Juin 1989
En guise d'information complémentaire, voici le «Rapport de la Commission Gagnon», commission d'enquête portant sur des allégations d'abus sexuels impliquant 18 enfants sous la garde du Centre jeunesse de Montréal et de sa mafieuse DPJ (Direction de la présumée protection de la jeunesse qui n'est en fait que le point de service de fournisseur de chairs fraîches pour les riches pédocriminels de l'État du Québex et de leurs minables larbins de service ou moutruches volontaires).  Cet article de référence contient également une fiche du suivi professionnel des principaux "acteurs" de cette Commission, dont celle de Céline Lacerte-Lamontagne qui est assez détaillée.

Co-animateurs : Adam Richard et Chantal Mino ps. éd.

Extraits de notre dossier sur le Rapport de la Commission Gagnon :

Céline Superstar

Jeux de Rôles et Showbizz Judiciaire - Les Comédies Satiriques des Commissions d'Enquête Publique



En complément : "On peut dire qui n'a pas tiré sur Louis-Georges Dupont"