« Il était une fois, Mario Roy... », ainsi commence ce film qui s'ouvre sur une séquence du dernier vidéo-fleuve de près de 3h20m de notre protagoniste, et où on s'amuse à confronter notre Super Mario national face à ses propres mots, particulièrement en ce qui a trait aux "représailles" auxquelles il prétend faire face en réaction à son "combat" face à la DPJ et la corruption judiciaire, et plus particulièrement encore en ce qui a trait à la poursuite-bidon que le Barreau du Québec a intenté contre lui et son(ses) "organisme(s)" (Centre d'Entraide Familial L'Unité/L'Unité Citoyenne d'Enquêtes Anti-Corruption), notant les contradictions en chemin et soulignant les aveux faits de la bouche même du principal intéressé confirmant (une fois de plus) notre affirmation à l'effet que Mario Roy n'est qu'une marionnette sous le contrôle du système judiciaire et de la DPJ qu'il prétend pourtant combattre mais avec qui il collabore allègrement depuis des années à travers un "deal" qu'il a fait avec eux, tel que nous avons finalement réussi à lui faire avouer au cours des derniers mois avec les publications des bandes-annonces de « Le Pari de Mario Roy » après plus de 4 ans de déni furieux malgré la publication du document l'incriminant prouvant qu'il a fait une fausse déposition contre nous aux constables spéciaux du Palais de justice de St-Jérôme qui montaient alors le dossier-bidon qui allait mener plus tard à notre arrestation au sein de « ...Et La Justice Pour Tous II - Courdesinjérum Reloaded » et de « Le Cirque de Mario Roy ».

Depuis, allant d'opération de "damage control" en opération de "damage control", les aveux (parfois accidentels) se multiplient de même que les contradictions indiquant que Mario Roy invente et manipule les faits lorsqu'il raconte ses élucubrations, et la vague de "support public" indéfectible qu'il reçoit suite à ses alliances (pour combien de temps?) avec les groupes Storm Alliance et La Meute (2 groupes fondés par d'anciens militaires et policiers, tous les signes d'opposition contrôlée/agitateurs sont présents ici aussi) ne font que confirmer l'importance que revêt l'investissement placé dans « L'Opération Mario Roy » par le réseau pédocriminel dans le but de remplacer sur la scène publique et contrer l'influence de l'AIDEF auprès des victimes de ce réseau et du grand public en général.

De même, la prétendue "poursuite-bâillon" du Barreau du Québec à son encontre n'est qu'une farce monumentale et une vaste supercherie montée en opération d'opposition contrôlée pour manipuler l'opinion publique afin d'induire en erreur en ce qui a trait aux règles de droit les plus élémentaires et en opération de sabotage/infiltration pour les personnes vulnérables qui auraient la très mauvaise idée d'aller lui confier leur dossier, qui les verraient ainsi être confiés à leurs ennemis avec tout autre détail confidentiel jugé utile à ces derniers.  Pourtant, Mario Roy commet régulièrement, et commet encore, des gestes criminellement répréhensibles, y compris envers le système de justice lui-même, ce qui devrait normalement encourir une peine de prison conséquente avec toute la hargne que ce système est capable de démontrer lorsqu'il juge pertinent de le faire, mais étrangement, dans son cas, il n'en est rien!  Mieux encore, l'on peut voir tout le beau monde associé de près ou de loin à cette "poursuite-bâillon", que ce soit le juge, le procureur du Barreau, Mario Roy lui-même ou encore les médias couvrant la "nouvelle", abonder tous dans le même sens de la version erronée et mensongère amenée de l'avant par Mario Roy et qui, malgré des points de vues "divergents", tendent tous à donner crédibilité à quelqu'un qui n'en a aucune, mais absolument aucune, et lui permettent ainsi de passer sous silence le fait qu'il s'amuse à mentir en Cour et à berner des juges quant aux précédents jugements rendus contre lui concernant une histoire de travaux communautaires prétendument faits "sous forme de travaux juridiques", et qui, on le rappelle, était le dispositif utilisé pour tenter d'infiltrer Mario Roy au sein de l'AIDEF alors que nous étions en prison, et cela alors même que nous avions entre nos mains les rapports de constables faisant état du rapport mensonger qu'il a déposé contre nous au sein de la plainte qui nous a injustement conduit en prison.

Contrairement aux nombreuses affirmations (souvent contradictoires) faites par Mario Roy, tout ce qui est mentionné ici (et encore plus!) est prouvé hors de tout doute raisonnable au sein de ce documentaire, le tout à travers les aveux faits par le principal intéressé lui-même et par les preuves qu'il a lui-même rendues publiques (certaines, compromettantes, ont cependant été effacées depuis, mais pas avant d'être archivée par notre système), le tout agrémenté de quelques détails complémentaires et d'une énorme dose d'humour comme il est notre habitude de le faire, parce qu'un tel niveau de stupidité ouvertement affiché et supporté en public par des groupuscules d'opposition contrôlée tels des cheerleaders en chaleurs et entériné par le système policier, judiciaire et médiatique naïvement aveugle et laxiste de manière volontaire, mérite tout le ridicule qui peut s'abattre sur lui.

En complément : Pourquoi les plus riches de ce monde veulent-ils contrôler l'information à tout prix?

Nouvelle de dernière minute : Mario Roy serait à l'article de la mort suite aux complications d'une grave maladie auto-immunitaire : il n'est tout simplement plus capable de s'endurer lui-même et son propre corps le rejette!

...dixit celui qui disait sur vidéo en janvier dernier ne plus avoir aucune confiance envers les tribunaux.  Trouvez l'erreur!!!

Nous on sait de quoi il parle.

Sans commentaires...